Article "Le Dauphine.com"

Taxis Katmandou 1

Depuis le 24 septembre les taxis devaient attendre jusqu’à trois jours pour obtenir 10 litres d’essence à Katmandou. Photo A.CH

La nouvelle soulage les nombreux amis du Népal dans nos vallées alpines. Depuis le 24 septembre le pays himalayen qui subissait déjà la double peine du séisme d’avril 2015 (9000 morts) et du coup d’arrêt de son activité touristique, devait faire face en plus un blocage de ses approvisionnements à sa frontière indienne qui entravait sa reconstruction.

Le territoire a connu ainsi cinq mois d’une pénurie sans précédent de carburant, gaz, matières premières et médicaments. En ville, la plupart des Népalais n'utilisaient plus le gaz mais faisait leur cuisine au bois à l'extérieur. Les transports étaient au ralenti comme toute l'économie.

En début de semaine, le blocus a été officiellement levé par le parti Madeshi, United Democratic Madhesi Front (UMDF), représentant l’ethnie du sud qui s’estimait lésée par la nouvelle constitution. Soutenu dans sa démarche de manière non officielle par l’Inde. Les manifestations auront fait près de 50 morts depuis l’été dernier.

Depuis le 5 février des camions commençaient à passer. Selon les médias locaux les militaires indiens et népalais ont fait partir les manifestants du poste frontière principal, à Birgunj. La question du pétrole ne semble pour l’heure pas encore totalement résolue. Des discussions seraient en cours à ce sujet, et le premier ministre népalais doit se rendre à Delhi.

L’Inde a semble-t-il relâché la pression alors qu’un amendement à la constitution semble répondre à une des demandes du parti Madeshi, à savoir une représentation proportionnelle des ethnies marginalisées.

 Par A.Ch. Publié le 11/02/2016 à 06:04