La Lettre d'AMZH

Aide Médicale au Zanskar et en Himalaya - Bulletin d'information n°2 - Décembre 2014

______________________________________________________________________

 

"J’étais furieux de n’avoir pas de souliers; alors j’ai rencontré un homme qui n’avait pas de pieds et je me suis trouvé content de mon sort.                                                                                                                           (Dicton chinois)

EDITORIAL                                                                                  

Des progrès… oui mais !

Certes, les progrès matériels facilitent la vie au Zanskar : l’amélioration de la communication du fait du téléphone portable, la présence de voitures et  l’amélioration des routes, la commercialisation de bouteilles de gaz pour faire la cuisine, une jeune génération attachée à leur région. Mais la santé reste le point faible puisque du fait de l’isolement, une maladie simple à soigner ici peut mettre en péril une vie là-bas.

Au Zanskar comme au Népal notre association s’attache à compenser ce déséquilibre en répondant à leur demande au moins sur le plan médical et social.

                                                                           Dr Noël POIRIEL

                                                                               PRESIDENT

ZANSKAR

NOUVELLES DE L’HOPITAL DE PADUM

Hopital de Padum

Le nouveau bâtiment est opérationnel depuis déjà plus de deux ans. Nous avons rencontré le personnel et visité les locaux en présence du médecin principal le Dr Djallil.

Trois médecins (tous originaires du Zanskar) sont en poste ainsi qu’un Amchi.

Un immense bâtiment donc en béton  avec un étage pour les bureaux médicaux et au rez-de chaussé l’accueil des urgences,  une salle d’accouchements, deux salles d’hospitalisation une pour les hommes et une pour les femmes (en pratique une seule est ouverte pour plus de chaleur et moins de déplacements pour le personnel), une salle de radiologie, une salle pour les examens biologiques ainsi qu’un bureau pour les consultations de l’Amchi et ses médicaments traditionnels.

L’hôpital possède un cabinet dentaire avec un fauteuil en bonne condition de fonctionnement et du matériel adapté. L’ensemble est fourni par 3 organismes italiens, (Lions club, Casa del Tibet, Foundation Andi Onlus)

Ils envoient sur place chaque été des dentistes qui se relaient pour soigner les patients et examiner les enfants de la Lamdon Model School.

Le stock de médicaments est resté dans l’ancien bâtiment ainsi que les locaux pour les médecins qui habitent sur place.

Les 2 ambulances sont garées dans la cour et sont en très mauvais état. Le Dr Nawang n’utilise pas le véhicule pour un trajet de plus de deux kilomètres par peur de tomber en panne. Il préfère demander un taxi qu’il paye de ses propres deniers.

Notre intention était de former le personnel à une meilleure gestion des déchets hospitaliers : recyclage, aiguilles usagées, déchets souillés.

Déchets

Nous avons donc exposé aux médecins ce qui se faisait dans nos hôpitaux en France à ce sujet à l’aide de photos et le Dr Djallil nous a ensuite montré leur pratique pour le traitement des déchets. Tout est simple : il n’y a pas de sélection des déchets, tout disparaît dans une poubelle et est ensuite jeté dans un trou en plein air derrière l’hôpital, puis brûlé.

Ainsi se trouvent réduits partiellement en cendres tous ces détritus avec la pollution aérienne qui en résulte et les risques de contamination que représentent ces déchets en plus de la souillure de leur environnement.

La tâche nous parait immense et l’absence de motivation du personnel nous décourage d’entreprendre une action type formation. Nous reportons l’achat d’un incinérateur adapté à une date ultérieure.

Notre visite à l’hôpital de Leh ne nous laissera pas une meilleure impression en constatant également que l’incinération sélective des déchets n’est pas d’actualité. On brûle en plein air à tout va !

Incinération des déchets

Bonne nouvelle : Dolma Lamo, l’infirmière depuis toujours a atteint l’âge de la retraite mais elle a signé pour 2 ans supplémentaires.

Dolma Lamo 

Conclusion : le fossé se creuse non seulement au niveau du matériel mais aussi au niveau de l’hygiène entre les hôpitaux du Sud et ceux de nos pays occidentaux. Nous espérons que le Premier Ministre de l’Inde, après sa campagne pour la construction de latrines, va lancer une campagne « hygiène et rigueur » dans son pays !

UN SIDE CAR SUR LE TOIT DU MONDE

Jean connait le Ladakh Zanskar depuis 14 ans. L’idée de faire une rando à side-car germait dans sa tête depuis déjà longtemps et cet été il a réalisé son projet en apportant son side en pièces détachées et en le reconstituant à Delhi.

Suivre l’itinéraire Delhi, Manali, Leh, Padum en empruntant la route la plus haute du monde lui a permit de franchir les cols les plus hauts du monde. Le side était aussi un outil de communication avec la population autochtone qui découvrait ce véhicule assez pratique mais dont la conduite est risquée sur les pistes carrossables de l’Himalaya.

Avec son équipe, ils ont pris du plaisir avec les enfants des différents villages en leur faisant faire un petit tour à bord du side-car.

Le side-car 1

Vous pouvez en savoir plus en vous rendant sur le site: HYPERLINK http://www.vintagerides.com/tour-du-monde-en-moto/

Jean est importateur de motos indiennes (la Royal Einfield bien sûr), de scooters (LML) et bien sûr, il sait greffer un side car sur votre moto. Son magasin est situé à Alfortville: http://www.heritage-import.fr .

Afin de faire connaître leur aventure aux connaisseurs, Jean et son équipe ont eu l’idée de fabriquer et vendre des sacs décorés contenant un jeu original pour les enfants et adultes. Le bénéfice de leur vente sera versé à la POMO, l’association des femmes du Zanskar.

Le side-car 2

LA POMO (Association des Femmes du Zanskar)

Cet été, Noël et Jacqueline Poiriel étaient les invités de la Pomo dans le restaurant Potala à Padum pour prendre des nouvelles de l’association.

Et ……bonne nouvelle,  la Pomo Association se porte très bien!

Les activités de l’année passée se poursuivent et les cours d’alphabétisation en hiver rencontrent un grand succès.

Pomo repas

Les cours d'hiver

Le Zanskar se modernise, les communications modernes ont fait leur entrée, les touristes affluent, les guest houses font leur apparition, les enfants sont de plus en plus scolarisés et les femmes ont compris que si elles ne veulent pas rester en arrière… elles devront s’éduquer. D’où une grande demande l’hiver dernier pour les cours d’alphabétisation organisés par la Pomo. Plus de 20 villages ont posé leur candidature ! Malheureusement la Pomo n’a pas la possibilité de satisfaire toutes les demandes. Seulement  deux villages chaque hiver sont sélectionnés.

Les sujets traités sont : l'illettrisme, le calcul, l’éducation des femmes, le planning familial, l’utilisation des téléphones mobiles.

Les livres et les crayons sont fournis. La fréquence des cours est de deux heures par jour pendant les deux mois d’hiver.

Les «teachers» (professeurs) engagés par la Pomo reçoivent un salaire.

La « shop » de Padum 

Pomo boutique

 

La boutique à Padum est toujours en activité ; trois femmes y travaillent  sous le contrôle d'une enseignante. On y apprend principalement à faire des gonchas (habit traditionnel), mais aussi des gants, bonnets etc.

Cet été, une commande importante de la Lamdon Model School pour la fabrication des rideaux des trois nouveaux bâtiments de l’école leur ont donné du travail. 

Un tout nouvel article en vente est le masque anti-pollution !!! (Les voitures, la poussière et la pollution ont fait leur entrée à Padum).

Pomo couture (3)

 

Les femmes et l’enseignante reçoivent chacune un salaire et l’association paie aussi la location de la boutique (15.000 rps) 

Grâce à trois années de formation par l’association, une orpheline peut maintenant ouvrir sa propre boutique avec son diplôme de "tailoring master".

Un terrain pour le futur

Le «  councelor » (député) Phuntchock Tashi a pu fournir aux femmes de la Pomo un terrain près de Photang. La superficie du terrain est de 1 canal (un mot utilisé uniquement au Kashmir par les musulmans qui équivaut à environ 40 m2). L'association envisage d'y transférer sa boutique et d’y créer un bureau. Mais l’argent manque et elles estiment à 3 lakhs environ (300.000 rps) le montant qu’il  faudrait et elles cherchent ….un sponsor. On a demandé de nous fournir un projet écrit et plus concret avant de répondre favorablement à cet appel.

Autres activités

° Les études d'un ou deux étudiants orphelins sont financées chaque année par la Pomo qui s'occupe aussi de leur logement chez une femme de l’association.

° Écologie : lors du 6 mai 2014 l'association a mené une action de ramassage des déchets dans Padum. Les femmes de la Pomo ont essayé d’éduquer les " shop keepers "(commerçants) peu motivés au tri sélectif.

 Pour 2015 elles envisagent de poster une large banderole et éventuellement de vendre des tee-shirts promotionnels avec logo.

Communication

Un site internet en anglais serait une promotion de leur association et de leurs actions. Mais très peu de femmes possèdent un ordinateur.

Seulement une femme possède une adresse mail :

Padma Youdol : Padwange dol@yahoo.co.in Padma Youdol, Sonam Tsomo, Dolma Lamo restent les plus anciens membres fondateurs. 

Autres associations de femmes au Zanskar:

A part de la Pomo Association, il existe d’autres associations de femmes au Zanskar mais leur but est plus économique qu'éducatif: 

° Ama Tsokspa : une association qui existe partout en Inde. Une dizaine de femmes tricotent en hiver et le produit de leur travail leur revient individuellement.

° Royal Alliance Association : une association locale, fondée en 2012 par un groupe de jeunes femmes zanskari qui organisaient des picnics. La présidente/fondatrice est Palskit, (la fille de Choskit, membre de Pomo). L’association est ouverte à toutes les femmes (y compris  musulmanes). Elles n'ont pas de structure ni de but précis mais elles font des actions ponctuelles, (don individuel pour un événement de l’association bouddhiste). 

° Self Help Group : une association mondiale mais qu’on retrouve principalement en Inde, et dans le  Sud Est Asiatique. Il existe une branche à Ufti et une autre à Nerok orientée vers l’agriculture. C’est en général 10 à 20 femmes d’un village qui, en travaillant, font des économies ensemble pendant un certain temps pour obtenir un capital qui ensuite peut être prêté à d’autres femmes du village. Les SHG sont souvent liés à des banques pour obtenir des micro-crédits.

Après la réunion un somptueux buffet de momos nous est offert.

Pomo couture (4)

Merci à toutes les femmes de la Pomo pour cette soirée fructueuse et sympathique ! Djullay, djullay !!!

Les momos

Plat tibétain sous la forme de gros raviolis frits ou cuits à la vapeur.

La garniture peut être de la viande (buffle, chèvre, yack) ou bien un assortiment de végétaux. Les momos sont accompagnés d’une sauce épicée qui résume à elle seule les saveurs himalayennes.

LAKPA ET SES « GIRLS »

Pendant notre séjour à Leh, nous avons eu la surprise et la chance d’accompagner Lakpa dans ses démarches « politico-diplomatiques ».

Lakpa est originaire du Zanskar. Nous avons fait sa connaissance il y a 20 ans à Padum, au temps où il était actif dans le « Buddhist Youth Association »  qui œuvrait  beaucoup dans le terrain politique afin de développer  la région. Il a fait ses études à Jammu, s’est marié et s’est installé à Leh où il a ouvert une agence de voyage spécialisée dans les treks au Zanskar. C’est le meilleur dans ce domaine. Beaucoup parmi nous mais aussi des cinéastes producteurs de TV et ethnologues  ont déjà fait appels à ses services.

Profitant des relations qu’il a tissées à Leh, il s’efforce d’aider  au développement du Zanskar. Il a profité de la venue à Leh d’un député du parlement national Mr. TARUN VIJAY (écrivain / journaliste connu) et la visite deux jours plus tard du Premier Ministre  de l’Inde Mr. NARENDRA MODI pour attirer l’attention sur le Zanskar. 

Pourquoi? Le Zanskar est administrativement et politiquement dépendant du district de Kargil. Etant en nombre minoritaire, les Zanskarpas  ne pourront jamais avoir la majorité politique et donc leur appel pour l’intérêt de leur région reste sans réponse. Voilà, ces deux visites présentent donc une bonne opportunité pour se tourner vers le gouvernement national. Mais comment s’y prendre ?

Lakpa demande un R.V. avec le député Mr. Tarun Vijay dans son hôtel.  Entouré de 4 jolies filles du Zanskar et de 2 photographes, il explique au député qu’il veut une belle photo afin de l’utiliser comme affiche pour la visite du Premier Ministre.

LAKPA ET SES GIRLS (1)

Mr. Tarun Vijay est un homme fort sympathique et nous dit que son cœur est au Zanskar avec les Zanskarpas: "le peuple le plus chaleureux au monde".

lAKPA ET SES GIRLS (2) 

Il va même plus loin et pense avoir été Zanskarpa dans une vie antérieure! Il promet de faire parler du Zanskar au parlement de Delhi et se plie avec un grand sourire à la séance photo.

Deux jours plus tard la photo, transformée en affiche et autocollant, était affichée à l’aéroport et sur la route qui conduisait Mr. Narendra Modi vers le centre-ville.

Narendra Modi 2

Sacré Lakpa!!

P.S. Selon nos amis de Leh, le discours de Narendra Modi (qui s’est revêtit d'une goncha blanche devant la foule) a finalement été assez décevant. Peu de promesses……….

 

POUR LES TREKKEURS PARMI VOUS : 

ZANSKAR TREK

Stanzin Lakpa

Lakruk Complex, Fort Road P.Box 206

Leh Ladakh 194101 

J § K, INDIA

tel. : 00 91-1982 - 252153, 251673

Mob. 00 91- 9419178401

E mail : HYPERLINK "mailto:lakpale@yahoo.co.in"

Website : HYPERLINK "http://www.zanskar-trek.in

INAUGURATION D'UN PONT A PADUM

Pont à Padum (2)

Le directeur de l’agence anglaise Mountain Kingdom, Mr. Steve Berry, était motivé pour remettre en état le pont en corde qui joignait les deux rives du fleuve Lungnak juste en amont de Padum. Il a récolté des fonds pour en financer la réalisation selon  les anciennes techniques.

Ce passage entre les deux rives du fleuve permettait aux gens et aux animaux de passer de Padum à l'autre rive où l'herbe est relativement abondante. 

Ce genre de passerelle a quasiment disparu du paysage du Zanskar avec l’apparition des ponts en béton qui permettent le passage des véhicules.

Steve Berry a fait appel à Nawang Tkongke un zanskarpa de 82 ans qui, travaillant seul, a mis  4 ans pour en venir à bout! Les deux mains courantes du pont et le toron de marche sont constitués de grosses tresses en branches de saule. Les haubans qui solidarisent l'ensemble sont aussi des tresses plus minces en tiges d'églantier. 

L’inauguration a été faite par Drgj Singh, SDM (= Sub Divisual Manager = préfet) du Zanskar en présence de nombreuses personnalités parmi lesquelles Kunzes Dolma, la présidente de la Pomo Association.

Ce pont a pour but de montrer aux villageois et aux touristes le savoir faire  et les traditions anciennes. Une sorte de musée en plein air.

Pont à Padum (1)

TRANSPORT SANITAIRE AU ZANSKAR

Chacun sait l’insécurité sur les pistes qui mènent de Padum à Kargil. Nous en avons encore eu l’expérience cet été :

Nous avions réservé une Jeep avec un chauffeur local afin de rentrer de Padum à Leh en deux jours. Le temps était au plus beau et la progression lente mais régulière pour l’ascension du Pensi-La et la descente vers la plaine de Rangdum où nous fîmes une pause thé salé. Que ne fut pas notre surprise de rencontrer dans la montée vers Panikar un encombrement de voitures et de camions. Nous nous rendîmes à pied pour connaître l’origine de ce bouchon et que ne fut pas notre surprise de rencontrer l’ambulance de l’hôpital de Padum, les deux roues complètement de travers du fait d’une sévère panne de direction. A bord, des malades, une vielle dame avec le bras cassé, un jeune homme en position allongée avec un problème abdominal aigu, une jeune femme également mal en point et deux touristes australiens qui profitaient du véhicule.

Aidés par Ali Baba nous poussons l’ambulance sur le coté de la piste et nous répartissons les passagers dans les véhicules en attente. Nous prenons dans notre jeep la personne âgée et sa fille afin de les conduire à l’hôpital de Kargil.

Transport sanitaire (1)

LA ROUTE QUI TUE

Chaque année, près de 1,14 million de personnes décèdent dans un accident de la route et 20 à 50 millions d’autres sont blessées, parfois même handicapées. C'est l’Inde, avec 130.000 décès par an qui détient le triste record des morts sur la route.Depuis 1990, de remarquables progrès ont été réalisés en matière de sécurité routière dans tous les pays.

Une résolution adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2010 proclame la décennie 2011-2020 « Décennie d’action pour la sécurité routière ».

Plus qu’ailleurs la route la plus haute du monde, qui offre les paysages les plus pittoresques est aussi celle qui tue.

Elles nous expliquent que parties tôt le matin, la jeep n’a pas vraiment roulé et que quoique entassés ils ont pris ces touristes pour diminuer de quelques roupies le prix de leur voyage car il faut savoir que même pour un transfert en ambulance, le patient doit participer aux frais de transport et payer l’essence. Elles n’avaient pas le choix : Pour les locaux, pas de possibilité de transfert en hélico.

A Kargil nous avons donc confié cette charmante vieille dame au bras cassé à la bienveillance du médecin de garde qui était le Dr Tenzin, originaire du Zanskar. Nous avons ensuite attendu les autres patients sur le parking de l’hôpital en regardant les ambulances. Une belle ambulance a particulièrement retenu notre attention : celle des militaires, bien astiquée et avec un chauffeur aux gants blancs. Evidemment pour les quelques km qui séparent le QG des militaires à l’hôpital il faut bien un tel véhicule.

Les ambulances de l’hôpital de Leh quant à elles sont sponsorisées par une association caritative ! Là encore le premier ministre indien a du travail afin de réserver les crédits aux régions qui en ont le plus besoin.

Transport sanitaire (2)

A pied, à cheval, en voiture, en bus l’insécurité est liée à différents facteurs : chutes de pierres sur un chemin de montagne, un cheval qui tombe dans un précipice avec son chargement, une voiture qui quitte la route pour une raison ou une autre, un bus dont le chauffeur s’endort au volant.

Cet été, nombreux sont les touristes se rendant au Zanskar qui ont dû prendre le volant pour remplacer leur chauffeur endormi ou en hypoglycémie. Ce fut notre cas puisque notre chauffeur musulman, pratiquant le ramadan, devait s’abstenir de manger et de boire durant toute la journée.

A Pipiting une famille entière a disparu au mois de juillet en revenant du Kalachakra à Leh. Le chauffeur s’est endormi au volant de sa petite automobile après plus de 30 heures de conduite avec seulement quelques pauses……

De retour du Zanskar après le Namika-La (col à 3717 m. d’altitude) nous avons aperçu une voiture dans le ravin. L’accident venait d’avoir lieu quelques heures plus tôt et la police s’était contentée de protéger les corps des victimes des animaux sauvages en bouchant les portières par des bandages plastiques. Sur ces routes pas de Samu et la police met plusieurs heures pour arriver. Plus les routes sont en bon état plus les gens roulent vite. Comme en Europe: d’un coté des dépenses pour améliorer les routes et de l’autre des dépenses pour installer des ralentisseurs, des radars etc.

Il faut dire que ces petites voitures indiennes sont mal adaptées aux voyages sur ces routes et pistes de haute montagne. De plus cette année beaucoup de touristes venaient au Ladakh pour voir et écouter le Dalaï Lama depuis les autres états indiens avec leur petite auto.

En approchant Leh, nous avons également vu un bus renversé après un virage assez dangereux à l’entrée d’un village.

Noël Poiriel, président d’AMZH, a demandé par écrit Au SDM du Zanskar (préfet de la région) ainsi qu’au « Tourist Officer » de Padum de prendre des mesures efficaces pour essayer de prévenir les accidents l’an prochain en période de ramadan. Nous vous informerons des résultats de nos démarches.

La route qui tue

MODI ET SES TOILETTES

Le nouveau Premier ministre indien, Narendra Modi a lancé un plan ambitieux pour installer des toilettes dans les foyers indiens. Un problème loin d'être anecdotique dans le pays.

Les statistiques sont formelles : un Indien sur deux fait ses besoins dans la nature. Environ 600 millions de personnes n'ont en effet pas de toilettes dans leur foyer ou de WC public convenables et accessibles. Ce manque essentiel a des conséquences dramatiques dans de nombreux domaines : pour la santé, l'éducation, l'environnement et même la sécurité des femmes qui doivent se rendre dans les champs en pleine nuit.

Le Premier ministre, Narendra Modi, récemment élu a lancé un combat inédit contre ce problème, avec un énorme plan appelé "L'Inde Propre". L'un de ses objectifs est de financer la construction de latrines dans une grande partie des foyers et écoles publiques du pays dans les 5 ans à venir. 

Un indien sur deux continue donc de faire ses besoins dans la nature, soit l'un des taux les plus élevés au monde. Et cela n'est pas qu'une question de pauvreté : au Bangladesh ou au Burundi, des pays moins riches, 97% de la population fait ses besoins dans des toilettes. En Inde, ce manque d'hygiène et les frais sanitaires qui y sont liés coûteraient l'équivalent de 6% du PIB, selon la Banque Mondiale.

Dix-huit milliards d'euros en cinq ans.

Mais cela a également un coût humain : près de la moitié des écoles primaires n'ont pas de toilettes pour les filles, et cela affecte leur scolarité. Selon Bindeshwar Pathak, le fondateur de l'association Sulabh "les autorités essaient d'économiser de l'argent, en construisant des écoles sans

toilettes. Mais ce manque décourage les filles à y aller, car elles se sentent mal à l'aise. Je me suis rendu dans une classe de 5e, et j'étais étonné d'y voir 24 filles pour 14 garçons. Une des raisons est qu'il y avait des toilettes dans l'école."

Le plan appelé "nettoyer l'Inde" lance par Narendra Modi a l'aide de genre de clips musicaux, est inédit : il prévoit de dépenser 18 milliards d'euros en 5 ans, afin de construire 130 millions de toilettes dans les foyers et 50 000 autres dans les écoles. Il va d'abord falloir former 150.000 maçons pour construire les toilettes ainsi que 50.000 motivateurs qui devront éduquer les habitants dans les villages, sinon ils ne les utiliseront pas. C'est un bouleversement culturel que l'on s'apprête à vivre : des textes hindous disent en effet qu'il est impur de faire ses besoins près des maisons. Il sera donc difficile de changer 5.000 ans de traditions en un jour. 

Narendra-Modi est le premier chef de gouvernement indien à s'engager aussi visiblement dans cette cause. Il faut dire qu'à la différence de beaucoup de politiciens, il vient d'une famille pauvre, qui n'avait pas de toilettes à la maison !!!

Source : Sébastien Farcis, France Info.

Narendra Modi

NEPAL 

Orphelinat de Kathmandu 

Les projets initiés pour la période 2013-2014 sont terminés. L’assainissement de l’aire de jeux, les constructions de la pièce médicale et de la salle récréative sont achevées. L’orphelinat se dote au fil du temps de structures adaptées à ses besoins pour le plus grand bien être des enfants. Ce n’est pas une fin en soi. Reste l’avenir de ces enfants dans un des pays les plus pauvres au monde. Nous nous efforcerons de les accompagner dans la mesure de nos moyens

Un grand Merci aux Adhérents et aux Donateurs de nous avoir permis de financer ces 3 projets. 

Les mésaventures d’Angil 

Le 8 septembre 2014 Angil prend son petit-déjeuner et part jouer dans la cour quand soudain il est pris d’un malaise et présente des convulsions généralisées de tout son corps. On lui apporte les premiers soins et il est de suite conduit aux urgences à l’hôpital des enfants de Kathmandou.

Angil Hospita Photo 2

L’examen complet avec examens biologiques, radiologiques (scanner) concluent à une crise d’épilepsie sans cause déclenchante retrouvée. Il passe une semaine à l’hôpital sous surveillance et rejoint la communauté de son centre avec un traitement pour trois mois.

Angil Hospita Photo 4

NEPAL THANKS LETTER

Lettre de remerciements de madame Kamala Maya Tamang, Présidente de l’orphelinat, pour le financement apporté à la réalisation de l’aire de jeux, de la salle médicale et du suivi médical des enfants.

Orphelinat KTM 020 01

Happy Dasain 03

De toutes les fêtes au Népal, Dashain (15 jours en septembre ou en octobre) est la plus importante. Des dizaines de milliers de népalais prennent la route pour passer les fêtes en famille. Si vous êtes en trekking, vous traverserez des villages très animés. Les jours les plus importants sont le 9ème jour (où des centaines de milliers d’animaux sont sacrifiés) et le 10ème jour (où les ainés de la famille et les supérieurs hiérarchiques donnent leur bénédiction) 

Le calendrier népalais (ou calendrier lunaire) est en avance de 57 ans sur le calendrier grégorien en usage en occident. La nouvelle année népalaise commence le 14 avril avec le mois de Baisakh

L’équipe d’AMZH vous présente ses meilleurs vœux de prospérité, de bonne santé et de bonheur pour cette nouvelle année 2142 placée sous le signe de la chèvre dans le calendrier tibétain

AG 2014 Die

 

Composition du bureau : 

Président : Noël POIRIEL

aidemedicalezanskar@gmail.co

 

Présidente adjointe : Malika JOURDAIN

Secrétaire : Nadine REYSSET 

Trésorier : François Dubeuf

amzh.tresorerie@gmail.com 

Site internet : amzanskar.wordpress.com

Association loi 1901 - Déclaration à la préfecture des Yvelines n°1494 -Journal Officiel du 19 octobre 1994

Siège social : 14, rue Montaigne 78140 Vélizy-Villacoublay